4.6 C
Londres
samedi, mars 2, 2024
AccueilActualitéDernières dépêchesInfrastructures : la colère des sinistrés de Souapiti

Infrastructures : la colère des sinistrés de Souapiti

Date:

Related stories

spot_imgspot_img

Les habitants délocalisés sur le site qui abrite le barrage hydroélectrique de souapiti pourraient être rétablis dans leur droits. Ce, grâce aux actions de l’Union des sinistrés de souapiti qui bénéficie désormais de l’accompagnement technique de l’OGDH. Objectif, interpeller l’État pour dédommager les victimes.

Avec l’accompagnement de l’organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen, l’union des sinistrés de souapiti décide d’interpeller les autorités pour secourir toutes les victimes du projet de souapiti. Ces habitants de plus de 100 villages ont été délocalisés pour la construction du barrage de souapiti en contrepartie du dédommagement convenable qui leur a été promis en vain. Maître Oumar Aissata camara porte-parole des sinistrés de souapiti. « Dans ces villages impactés, il y a des cadres qui pouvaient au moins travailler avec les sociétés qui ont la charge d’exécuter ces projets. Ce qui allait les permettre de voir de près ce qui se passe et défendre les intérêts de la population. Malheureusement, sur les 20 mille personnes impactées, aucun emploi n’a été offert».


Pourtant, les sinistrés de souapiti ne se sont jamais opposés au projet de construction de ce barrage car dit-il, l’électrification de la Guinée y va dans l’intérêt des Guinéens. Cependant, l’association des sinistrés déplore le traitement des habitants qui ont tout perdu. « Qu’est-ce qu’ils vont faire pour subvenir à leurs besoins ? Où ils vont cultiver pour trouver de quoi manger ? On sait qu’il ont été déplacés de l’endroit où ils avaient l’habitude de faire tout. Ces paramètres n’ont pas été pris en compte», ajoute le porte-parole des sinistrés.


Les avocats des sinistrés eux, qualifient le projet de souapiti de couteau à double tranchant. Les droits civils, économique, au logement ont été violés. Si rien n’est fait, ces avocats défenseurs  porteront l’action devant les juridictions compétentes. « Nous pourrons éventuellement demander à la cour africaine des droits de l’Homme et des peuples de condamner l’Etat guinéen pour avoir violer les engagements internationaux pour indemniser à juste titre les victimes», explique Me Emmanuel Bamba. 


Cette fois-ci, l’union pour la défense des sinistrés de souapiti a bénéficié de l’accompagnement technique de l’OGDH afin de rétablir les populations déplacées dans leurs droits.

Justin Leno/ Bhoye Bah

Subscribe

- Never miss a story with notifications

- Gain full access to our premium content

- Browse free from up to 5 devices at once

Latest stories

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici