21.9 C
Londres
dimanche, juillet 21, 2024
AccueilInternationalMali : la junte décide d’expulser l’ambassadeur de France

Mali : la junte décide d’expulser l’ambassadeur de France

Date:

Related stories

spot_imgspot_img

Les autorités maliennes dominées par les militaires ont décidé d’expulser l’ambassadeur de France, dans une nouvelle escalade de la brouille entre Bamako et Paris, a annoncé ce lundi la télévision d’Etat. « Le gouvernement de la République du Mali informe l’opinion nationale et internationale que ce jour (…) l’ambassadeur de France à Bamako, son excellence Joël Meyer, a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale (et) qu’il lui a été notifié la décision du gouvernement qui l’invite à quitter le territoire national dans un délai de 72 heures », a annoncé un communiqué lu par la télévision d’Etat.

Le ministre des Affaires étrangères malien Abdoulaye Diop a estimé dimanche que les tensions entre Paris et Bamako étaient dues au fait que la junte malienne a « touché » aux intérêts de la France en excluant des élections en février. Selon lui, les partisans d’élections le 27 février, la date initialement prévue, souhaitent que « les mêmes personnes reviennent prendre le pouvoir ».

Abdoulaye Diop, qui s’exprimait vendredi lors d’un déplacement à Bruxelles, a fustigé les récentes critiques de la France envers la junte, « tout ça parce qu’on a touché à leurs intérêts ».

Des relations tendues depuis 2020

Dans une vidéo dont l’authenticité a été confirmée dimanche par les autorités maliennes, le ministre a accusé la France d’avoir applaudi des coups d’Etat par le passé: « La France, qui dit qu’elle défend la démocratie, elle est allée dans d’autres pays, elle a installé des chefs d’Etats qui ont fait des coups. »

Les relations entre la France et son ancienne colonie sont tendues depuis que l’armée a pris le pouvoir à Bamako en août 2020. Depuis six mois, la France a entamé une réarticulation de son dispositif militaire au Mali, en quittant ses trois bases les plus au nord. Ses effectifs, de plus de 5.000 militaires au Sahel l’été dernier, ont décru, avec l’objectif affiché de n’en garder que 2.500 à 3.000 d’ici 2023.

AFP

Subscribe

- Never miss a story with notifications

- Gain full access to our premium content

- Browse free from up to 5 devices at once

Latest stories

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici