19.3 C
Londres
mardi, juillet 23, 2024
AccueilActualitéDernières dépêchesPénurie de poissons sur le marché: la Ministre de la pêche devrait...

Pénurie de poissons sur le marché: la Ministre de la pêche devrait assumer ses responsabilités (tribune)

Date:

Related stories

spot_imgspot_img

La pénurie de poissons sur le marché guinéen s’explique plus par ses mauvaises décisions que par autre chose.

Madame la Ministre a pris des décisions unilatérales et spontanées de faire payer des cautions de 800 millions aux détenteurs de navires industriels et 400 millions à ceux des navires semi-industriels. Et cela en sus du paiement par les mêmes acteurs d’un prix de licence d’exploitation estimé à plusieurs dizaines de millions de francs guinéens. Les armateurs et les consignateurs ont été confrontés à la spontanéité de la décision susmentionnée alors qu’ils avaient envoyés leurs navires respectifs en réparation ou entretien. On apprend qu’ils ont beau fait pour que Madame la Ministre revoie cette décision, mais elle est tombée sur eux tel un couperet.

Madame la Ministre a aussi pris la décision de réduire le nombre de navires semi-industriels. Ainsi, elle a favorisé ceux industriels. Pourtant les navires industriels sortent pour une marée de 2 ou 3 semaines et l’essentiel de leurs produits est dédié à l’exportation. Quant aux navires semi-industriels, ils sortent pour une marée d’au plus quatre jours . Ce sont eux qui approvisionnent nos marchés en poissons à travers les femmes vendeuses locales. Les Guinéens doivent-ils attendre les navires industriels pendant des semaines pour être approvisionnés en poissons de qualité ? La décision de faire un moratoire sur les exportations de poissons n’a qu’un effet de faible portée.

Il est à se demander pourquoi Madame la Ministre a réduit unilatéralement le nombre de navires semi-industriels au détriment de ceux industriels. Est-ce bien pour des dessous de table ? Cette question mérite d’être posée quand on sait qu’en prélude du mois de Ramadan, au cours de la visite technique des navires, elle avait expressément demandé à la Direction Nationale de la Pêche Maritime DNPM de faire passer tous les navires industriels avant ceux semi-industriels. Pourtant, elle avait reçu les conseils des techniciens avertis et les a éconduits. Alors que ces techniciens sont prompts à lui faire des conseils avisés de même que les directeurs, elle semble livrer aux seconds une guerre inutile. Les décisions qu’elle prend ne sont donc pas améliorées par les échanges. Elles sont imposées. Il est à se demander pourquoi elle devrait agir ainsi alors que les conseils techniques des cadres devraient améliorer sa compréhension de certains sujets et la qualité de sa décision.

Madame la Ministre ne prend pas les décisions en se basant sur les faits. Pour illustrer cet autre fait, qu’il plaise à l’opinion qu’on lui rappelle une proposition qui lui a été faite par les cadres cooptés pour la rédaction du plan d’aménagement des pêcheries 2023 au compte de son département de recourir aux navires à lampes. Proposition qu’elle a au début rejetée sans y avoir réfléchi. Contre toute attente, elle semble avoir révisé sa position sur le sujet et compte prendre un arrêté ministériel pour contredire le plan d’aménagement. Pourquoi cette pirouette ? Elle s’est encore trompée.

Madame la Ministre a pris de mauvaises décisions. Nous payons les factures de ses décisions hasardeuses. Elle devrait reconnaître qu’elle s’est trompée. Elle aurait dû l’avouer au Président de la transition qu’elle a induit en erreur en lui présentant de fausses solutions avec des apparences d’efficacité. Aussi? Madame la Ministre n’a pas dit la vérité devant les conseillers au CNT. Tout ce qu’elle y avait dit n’était que la vérité à moitié. Or, soit la vérité est pleine soit elle ne l’est pas. Elle est entière. Devant les conseillers nationaux, elle devrait reconnaître clairement qu’elle n’a jamais compris, qu’il fallait mettre en place une politique nationale de redistribution des produits de pêches en Guinée, telle est sa vraie faute. Elle s’est plaint d’avoir plus de 400 fonctionnaires sans niveau à son ministère. Elle se demandait ce qu’elle pouvait en faire. Une lamentation de trop !

Elle doit assumer ses choix. Décider, c’est aussi avoir le courage d’avouer s’être trompée. Elle doit reconnaître qu’elle a pris de mauvaises décisions et que c’est pour cela que les marchés manquent suffisamment de poissons en ce mois de Ramadan.

Sekou Kaba

Subscribe

- Never miss a story with notifications

- Gain full access to our premium content

- Browse free from up to 5 devices at once

Latest stories

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici